Epouville

Présentation d’Epouville

EPOUVILLE est une commune du département de la Seine-Maritime et de la région Haute-Normandie, située à une latitude de 49N 34′ 0.1194 » et une longitude de 0E 13′ 0.12 ».

Elle est traversée par la Lézarde, qui prend sa source à et se jette dans le .

Elle occupe un territoire de 550 km².

 


 

Histoire d’Epouville

Le territoire de la commune d’EPOUVILLE a été habité dès les premiers âges de l’humanité. En de nombreux endroits, on a retrouvé des silex taillés. Dans les terrains de la Briqueterie, dont plusieurs zones sont d’ailleurs classées, le Professeur LECHEVALLIER, de l’université de Nanterre, a découvert un site préhistorique qui date de quelques cent mille ans.

Plus tard, la commune fut traversée par la Voie Romaine qui reliait Harfleur à Fécamp. Les objets retrouvés dans les tombes d’un ancien cimetière mérovingien, remontant au VIIème siècle, laissent supposer qu’à cette époque un notable y avait établi sa résidence.

Lors des invasions des , l’un de leurs chefs, appelé probablement D’ESPOL, fixa sa demeure dans la vallée, à peu de distance de l’église. Quelques chaumières s’édifièrent alentour. Le petit village prit le nom d’ESPOVILLE ou EPOUVILLE.

Par la suite, plusieurs seigneurs se partagèrent le territoire de la commune. De cette époque date le château du Gray, reconstruit en 1674, qui garde fière allure. D’anciens parchemins nous rapportent que le chevalier , seigneur du Gray, maîtrisa le roi , lorsqu’il fût atteint d’un accès de folie dans la forêt du Mans. Le manoir de Coupeauville, dont il ne reste malheureu-sement que le pigeonnier et quelques dépendances, fut construit au XVIIIème siècle et appartint à la famille DUVAL d’EPREMESNIL. L’un de leurs descendants devint gendre de Dupleix et fut nommé Gouverneur de Madras. Un autre, Jean-Jacques, devint avocat au Parlement de Paris et, plus tard, député aux Etats-Généraux. Orateur de talent, il défendit des causes célèbres et fut un redoutable adversaire de la reine Marie-Antoinette, dans l’affaire du collier.

Bordant l’ancien chemin du Roi, aujourd’hui chemin départemental 925, un petit manoir du XVIème siècle, la Maison Normande, a été restauré avec goût. Entouré d’un merveilleux jardin, il est admiré de bien des touristes.

L’église d’EPOUVILLE, dédiée à Saint Denis, plusieurs fois remaniée, date des XIème et XIIème siècles.

La Lézarde traverse la commune dans toute sa longueur. Elle est restée l’une des rivières les plus poissonneuses du département. Dès le Moyen Age, de nombreux moulins s’établirent au long de son cours. A EPOUVILLE, on en comptait sept, dont cinq subsistent. De vieilles légendes sont parvenues jusqu’à nous, telle celle de la Queue du Chien. L’auberge qui portait ce nom connut la renommée pendant plusieurs siècles.

Comme beaucoup d’autres communes, EPOUVILLE changea de nom pendant la révolution et s’appela très provisoirement Fontaines la Montagne.

A cette époque, notre commune comptait 519 habitants, pour la plupart occupés aux travaux des champs. En 1901, on en recensait 655. La population augmenta lentement jusqu’à la dernière guerre, durant laquelle de nombreux havrais, chassés par les bombardements, vinrent se réfugier à EPOUVILLE. La paix revenue, beaucoup d’entre eux, trouvant le village agréable, s’y fixèrent définitivement ; si bien qu’en 1945, la commune comptait 1200 habitants.

Jusqu’en 1975, ce chiffre a peu varié. Le développement de l’agglomération havraise, toute proche, et l’attrait bien naturel de beaucoup de familles pour le logement pavillonnaire ont favorisé, ces dernières années, la construction de plusieurs lotissements, dont un très important, celui du Vert Village.

Au dernier recensement, EPOUVILLE comptait un peu moins de 2900 habitants. L’extension du village doit se faire sous forme de constructions individuelles privées, ainsi que sur une zone de logements sociaux ; extension maîtrisée afin de conserver le cadre naturel de la vallée, les versants boisés et les quelques exploitations agricoles existantes qui contribuent à l’équilibre et au charme de notre commune.

La vie associative de notre village, fort importante et conviviale, en fait un des buts recherchés par les nouveaux habitants. Chacun peut y retrouver l’expression de tous les loisirs et sports favoris, autour d’équipes compétentes et dévouées, tant pour la jeunesse que pour les plus anciens.

Pour vivre, un village doit avoir une ossature commerciale, artisanale et industrielle active. Nos zones artisanales, à ce jour bien implantées, profitent de l’accès rapide à l’autoroute ainsi qu’à la grande ville voisine, grâce à la RD 489.

Le centre du village s’est doté d’une moyenne surface qui attire de nombreux chalands. D’autres petites structures forment, avec cette moyenne surface, un pôle commercial qui contribue à dynamiser le bourg.

N’oublions pas la (Communauté d’Agglomération du Havre) qui nous apporte de nombreux services.